Transmission d’entreprise : ce qui change en 2018

Transmission d’entreprise : ce qui change en 2018

En 2018, la transmission d’entreprise sera influencée par la réforme du droit successoral, qui modifie grandement les textes de droit fiscal. Explications.

En Belgique, 75% des sociétés sont des entreprises familiales. À partir du 1er septembre 2018, la réforme du droit successoral modifiera grandement le système des donations, en Wallonie et à Bruxelles. Elle s’appliquera aux décès survenant à cette période et aux donations précédentes. La transmission d’entreprise sera aussi bouleversée. Plutôt dans le bon sens, globalement.

Une transmission d’entreprise avec plus de liberté

Le nouveau cadre successoral prévoit la possibilité de signer un pacte successoral avec ses héritiers et ayant-droits. Il précise les points précis d’une donation. Aussi, la transmission d’une entreprise familiale est réglée avec soin. Le document fixe la valeur de la société, la valeur des actions, la répartition des actions et de l’ensemble des quotités. Le pacte est signé par toute la famille. Lors du décès d’un responsable dirigeant, les enfants ne pourront pas contester les modalités de reprise.

Attention néanmoins. La réforme du droit successoral prévoit que le rapport des dons sur base de la valeur au jour de la donation indexée jusqu’au jour du décès. Ce qui signifie que le montant des titres et actions peut être revu le jour de la transmission d’entreprise.

La transmission d’entreprise exonérée

Afin de favoriser la transmission d’entreprise familiale, le législateur prévoit donc le recours à la donation. Les frais et impôts sont limités, car la plus-value sur actions n’est pas taxée dans le chef des parents. La donation d’une société familiale est exonérée de droits, tant à Bruxelles qu’en Wallonie. Les droits de succession sont réduits à 3%.

On note quelques différences entre les 2 régions.

Conditions pour bénéficier de droits de donation à 0% à Bruxelles

  • Donation par acte notarié
  • Entreprise exercée en personne physique ou contrôlée par maximum 3 familles
  • Obligation de poursuivre une activité identique et le capital pendant 3 ans

Conditions pour bénéficier de droits de donation à 0% en Wallonie

  • Donation par acte notarié
  • Donation d’actions représentant au moins 50% des droits de vote à l’AG ou au moins 10% avec pacte d’actionnariat portant sur au moins 50%
  • Obligation d’occuper de la main d’œuvre dans l’espace économique européen
  • Obligation de poursuivre une activité identique et le capital pendant 5 ans
  • Obligation de maintenir au moins 75% des travailleurs pendant 5 ans

Pour vous accompagner dans la transmission d’entreprise, faites appel aux conseils de notre équipe de consultants, experts depuis plus de 20 ans en cession. Contactez Actoria Belgique.

Sources : communiqué Notaire.be et Trends Tendances

Similar posts
  • 3 erreurs à éviter pour acheter une e...

    Selon les statistiques, 90% des personnes qui cherchent à acheter une entreprise ne finalisent jamais leur offre. Voici leurs 3 erreurs les plus courantes.

    Vous pensez acheter une entreprise ? Pour mettre au point cette transaction, il est recommandé de vous former aux enjeux et processus nécessaires à la transmission de société. Vous pourrez alors plus facilement repérer l’entreprise qui correspond à ce que vous cherchez et à vos besoins. Les experts de la reprise d’Actoria Belgique ont rassemblé pour vous les 3 fautes et méprises les plus souvent commises et leurs conseils pour ne pas les répéter.

    1. Acheter une entreprise se finance facilement

    C’est véritablement l’erreur qui se produit le plus souvent. Un dirigeant cherche à acheter une entreprise sans consulter sa banque et son comptable au préalable. Nombreux sont les chefs d’entreprise qui imaginent qu’avec quelques milliers d’euros en guise d’apport, ils pourront acheter une entreprise de plusieurs millions. Ce sont les mêmes qui pensent que les banques prêtent facilement de l’argent pour les achats de petites entreprises.

    Or, sans l’intervention de BPI – Banque Publique d’Investissement – très peu de banques prêtent de l’argent pour financer la reprise d’une entreprise.

    2. Acheter une entreprise sur un coup de tête

    Ou sur un coup de cœur, pour une raison historique, familiale, sentimentale… Beaucoup de dirigeants qui entament les démarches pour acheter une entreprise tombent amoureux d’une structure et se voient déjà propriétaires. Ce sont les mêmes qui pensent qu’ils peuvent mieux faire que les chefs actuels, qui sont pourtant aux rennes depuis des décennies. Tous les spécialistes de la transmission d’entreprise vous le diront, l’affectif n’a aucune place dans votre prise de décision.

    En réalité, vous devez vraiment penser de manière prosaïque, sur la base d’informations chiffrées et de prévisions de croissance.

    3. Acheter seul, sans accompagnement

    Enfin, les directeurs et gérants d’affaires pensent souvent qu’ils peuvent s’en sortir seuls. Ils ont parfois monté avec succès un business eux-mêmes et imaginent dont que le processus de reprise d’une société ne sera pas plus compliqué. Et c’est là que les déconvenues commencent et s’enchaînent : du financement au diagnostic financier de l’entreprise, des négociations à la période de transition. Ils ne connaissent pas toutes les étapes et bien souvent, veulent aller trop vite en besogne.

    C’est pourquoi nous recommandons de prendre rendez-vous avec nos consultants Agoria Belgique afin qu’ils vous présentent notre méthode de travail, basée sur une expérience de 20 ans en transmission d’entreprise.

No Comments Yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Actoria Belgique est un bureau expert de la transmission d'entreprises (société, pme, pmi...), la remise de PME et les fusions acquisitions en Belgique.